Questions fréquentes

 

01

Combien y a t-il de participants par promotion ?

 

La dynamique de groupe constitue un excellent moyen d’optimisation de l’apprentissage, sa qualité est donc essentielle. L'un des grands atouts de notre école est de mettre 2 groupes de stagiaires en synergie, les 3/4 du temps votre formation se déroulera dans un groupe de 15 à 20 stagiaires, 1/4 où les 2 groupes sont réunis. Les deux groupes sont ensuite mixés à la moitié de la formation pour permettre à chacun de s’enrichir d’expériences et de partages différents. Vous rencontrerez ainsi plus de personnes et vivrez plus d'échanges. Un autre avantage est qu'il y a au minimum 2 formateurs présents qui vont alterner leurs interventions pour enrichir encore la dynamique.

02

Je n'habite pas dans la région de Montpellier, puis-je suivre la formation ?

 

Bien sûr. Nombreux sont nos stagiaires à venir d'autres régions de France et même de l'étranger que ce soit pour suivre la formation complète ou certaines sessions ouvertes du cycle supérieur. Située à 5 minutes à pied de la gare TGV, à 15 min en voiture de l'aéroport ou facilement accessible en voiture, notre école bénéficie d'un emplacement privilégié. D'autre part notre situation au coeur du centre historique de Montpellier fait que nous sommes entourés de nombreux hôtels.

03

Je n'ai pas le niveau bac, puis-je quand même m'inscrire ?

 

Nous demandons le niveau bac avant tout comme garantie d'un niveau d'enseignement général. Il s'agit que vous soyez à l'aise  pour comprendre les cours, animer les séances, rédiger des textes, un rapport de stage, des courriers, etc.
Si vous n'avez pas le niveau bac mais que vous vous sentez à l'aise à l'oral comme à l'écrit, vous pouvez demander une dérogation au directeur de l'école afin de pouvoir vous inscrire.

 

04

Quels livres me conseillez-vous avant la formation ?

 

Il n’est pas utile de lire de nombreux livres avant le début de votre formation, nous vous conseillons dans un premier temps deux ouvrages :

-  DECOUVRIR LA SOPHROLOGIE de Pascal Gautier.

-  LA SOPHROLOGIE POUR LES NULS de Cindy Chapelle, diplômée de l'EFS.

 

05

Quel type de sophrologie enseignez-vous ?

 

Norbert CASSINI, directeur de l’EFS, a été formé par le créateur de la sophrologie. En terme de conception de la sophrologie, cela signifie que nous enseignons une sophrologie qui est bien plus qu'un ensemble de techniques de relaxation ou de visualisations positives et que nous n'entrons volontairement pas dans le champ de la thérapie.

06

En quoi consiste le travail personnel ?

 

Il s'agit essentiellement de :

-  Repratiquer entre les sessions les techniques étudiées en cours.

-  Réviser les supports de cours. 

-  S'entraîner à l'animation des techniques.

-  Préparer et réaliser le stage professionnel (2ème année).

- S'entraîner aux compétences travaillées d'une session à l'autre.

07

Le diplôme délivré par l'école est-il reconnu ?

 

En France, la profession de sophrologue fait partie des professions non règlementées. Il n'existe pas de diplôme d'état de sophrologue, les diplômes ou certificat d'universités ne sont pas non plus des diplômes d'Etat mais simplement des titres délivrés par telle ou telle université. La plupart des titres délivrés, quelles que soient leurs appellations, sont donc des titres privés. Certaines écoles, comme la nôtre, délivrent un titre inscrit au Répertoire National des Certifications Professionnelles avec un niveau de qualification reconnu par l'Etat (voir la page : La certification RNCP).

08

La formation est-elle la même dans les différentes écoles de la FEPS ?

 

Si les différentes écoles de la FEPS enseignent les mêmes bases théoriques, techniques et méthodologiques de la sophrologie avec des critères communs d’heures et de durée minimum de formation, chacune a son identité propre, ses particularités, sa pédagogie et ses programmes.

Nous tenons à préserver ces différences qui nous permettent de nous enrichir mutuellement et d’aller toujours plus loin dans nos réflexions et nos actions communes afin d’améliorer sans cesse la qualité des formations que nous dispensons.

09

10

Faut-il pratiquer la sophrologie avant ou pendant la formation ?

 

C'est bien sûr conseillé, si possible en privilégiant la pratique en groupe. Il est important de choisir un sophrologue qui annonce clairement l'école où il a été formé et de s'assurer qu'il a suivi une formation d'au moins 300 heures présentielles (idéalement plus de 400) étalée sur au moins 2 ans.
L'école organise chaque année des stages en week-end de pratique personnelle qui permettent, avant ou pendant sa formation, de pratiquer pour son propre développement personnel : En savoir +.

Est-il question de spiritualité en sophrologie ?

 

Il arrive que des sophrologues utilisent des images évoquant la méditation ou des représentations symboliques pouvant donner une idée fausse de ce qu'est la sophrologie.
Si certaines techniques de la sophrologie sont inspirées de pratiques orientales, il n'y a aucune spiritualité en sophrologie, aucune croyance, aucune "bonne" façon de voir les choses ou de mener sa vie.
Un sophrologue accompagne une démarche de connaissance de soi et permet à chacun de mobiliser ses ressources en fonction de ses besoins ou objectifs.

11

Quelles sont les différences entre la sophrologie et d’autres pratiques comme la relaxation, l’hypnose ou le yoga ?

 

La sophrologie, telle que nous l'enseignons, n'est pas :
-  une simple boîte à outils de techniques permettant de se détendre, de gérer son stress, etc. La sophrologie est une
démarche à travers laquelle chacun va pouvoir mieux se connaître et mobiliser ses capacités de bien-être, d'adaptation et d'évolution. Cette démarche, à point de départ phénoménologique, est aussi importante que les techniques elles-mêmes.
-  de la relaxation : même s'il est utile de savoir se détendre, la relaxation n'est pas une fin en soi en sophrologie. L'objectif est même, au bout d'un certain temps, de ne plus avoir besoin de se détendre.
-  de l'hypnose : il n'y a aucune suggestion inductive de la part d'un sophrologue, la sophrologie développe au contraire l'autonomie et la participation active.
-  une sorte de yoga : même si le corps occupe une place centrale dans la démarche, il n'y a ni posture obligatoire, ni croyance, ni philosophie en sophrologie.
-  de l'auto-suggestion : la sophrologie développe la connaissance de soi et les capacités d'adaptation et d'action; il ne s'agit en aucun cas de voir la vie en rose ou de s'auto-suggérer que tout va bien ou mieux.
-  une méthode "magique" : ni au niveau des techniques qui s'appuient sur la recherche scientifique, ni dans la pratique qui est un entraînement volontaire et méthodique.

 

Un sophrologue va établir une collaboration et accompagner avec tout son art une personne vers ses objectifs. Il met à disposition une démarche, des exercices, dont chacun pourra user librement en étant toujours l'acteur de son cheminement.

12

Un sophrologue est-il un psychothérapeute ?

 

Non, sauf s'il est aussi un professionnel qualifié (médecin, psychologue, psychanalyste), un sophrologue n'est pas habilité et formé pour diagnostiquer et prendre en charge des troubles entrant dans le cadre des psychopathologies (par exemple, un état dépressif).  Un sophrologue ne cherche pas à interpréter des symptômes, des ressentis, des vécus; il ne s'intéresse pas à l'inconscient et ne cherche pas, par exemple, à faire remonter des expériences vécues refoulées.

Un sophrologue pourra, par contre, intervenir de manière très bénéfique en complément et souvent en collaboration avec un psychothérapeute.